Bienvenue au site du 80°R.I.

POURQUOI CE SITE

2 Insignes symbolisent 2 unités qui ont voulu faire vivre leur souvenir dans 2 Amicales distinctes: l'un "l'ISARD"régimentaire rappelle les anciennes générations de combattants mobilisés, l'autre plus récent rappelle celui de la résurrection d'une France qui refuse de subir, celle dont nous sommes fiers.

 

René BRUGIE, auteur du Site


Ce site dédié  à la brigade légère du Languedoc – 80°R.I est progressif avec des mises à jour régulières. Il n’est pas un sanctuaire ou un reliquaire consacré à la vie d’hommes embellie par le besoin d’une glorification naïve.

La dureté de la vie clandestine a endurci ces hommes au point que parfois apparaîtront dans les récits des révélations cruelles qui peuvent choquer les sensibilités. La  guerre n’est pas un jeu d’échecs virtuel où prennent place des robots derrière des consoles.

Chaque combattant du 80°R.I est à sa manière un héros. Par devoir, quand il a été mobilisé en 39, en combattant sur l’Aisne jusqu’à l’épuisement et au sacrifice suprême.  Comme franc-tireur, sans uniforme, sans le statut de combattant, il accepte le principe d’être tué comme un bandit au bord d’un chemin.  En poursuivant à la Brigade du Languedoc, le combat sous l’insigne de la 1ère Armée,  il a accepté de nouveaux risques, les contraintes d’une discipline parfois excessive. Lui, dont ce n’était pas le métier et qui se battait pour la liberté, mérite bien la reconnaissance du cœur.

En accompagnant mon père dans la traction avant qui sentait affreusement l'essence et le tabac sur les routes sinueuses du Tyrol autrichien, le coeur toujours au bord des lèvres, j'ai pensé qu'un jour je devrais  apporter quelque chose à l'histoire de ce régiment, comme  si le privilège d'être assis, témoin silencieux à ses côtés, était une invite dont on ne parlerait plus. Et le soir venu, à LANDECK, à l'heure de l'appel et de l'extinction des feux, je ressentais le son du clairon lancé aux quatre points cardinaux avec un bonheur infini et  comme l'indispensable rituel avant le sommeil. C'était en 1945/46, j'avais 11 ans.

En 2001, le hasard combiné à l'effet du destin, m'a mis en présence de Pierre JAUDON. Il venait d'être sollicité par Pierre FRITSCH et RAYNAL pour  présider  l'Amicale du 80 à PARIS et tenter de prolonger son existence.  Homme de synthèse, ayant appartenu à 2 générations de feu qui avaient cherché à s'affirmer et à se différencier, son attitude œcuménique  me semblait indiqué le juste chemin, celui que je devais prendre.

Grâce à la rencontre fortuite de Georges DEVERGNES, fondateur de l’Amicale de la B.L.L - 80°R.I à ALES, je suivais pas à pas le sort de cette Amicale. Avec consternation, je voyais des combattants, ayant porté le même écusson, se disperser dans 2 Amicales pour faire valoir leur particularisme.

Il y avait une certaine confusion aggravée par la création récente d’une troisième Amicale qui venait inutilement disperser les effectifs et les cotisations.  Avec l’ encouragement de Pierre JAUDON, j'ai été l'artisan de la fusion des 3 Amicales dans ce que j'ai appelé un peu pompeusement, je l'admets, l'opération « CIGOGNES ».

Pierre JAUDON n'est pas un inconnu. En septembre 1944, peu après la libération de RODEZ, le Lieutenant JAUDON  responsable d'une section d’un maquis O.R.A.de l’Aveyron, avait lancé des invitations pour fêter cet évènement extraordinaire de la liberté retrouvée.

Un repas réunissait tous ses camarades à la terrasse d’un restaurant de SALMIECH. Je devais être probablement le seul enfant à m'asseoir à cette table. Il avait fallu préalablement affronté les virages de la vallée du Viaur qui nous séparaient de RODEZ dans les odeurs d'essence et de tabac habituelles de la traction avant noire flanquée de la croix de Lorraine et l'état de béatitude de ma mère qui ne cessait de clamer, après ces années d'autorail, d'autobus et de vélos, les bienfaits de l'automobile.

Le Lieutenant JAUDON était la distinction même, le dynamisme et la joie de vivre donnant l'apparence que tout se résume en un jeu. Sous les ordres de mon père, ayant eu mon frère sous les siens, il était à la croisée de 2 générations d'esprit et de combat. Son nom était souvent cité à la maison comme celui d'un personnage pittoresque dans l'esprit du 80: audace, panache, courage. Il alliait, disait’on, un courage exceptionnel animait par une volonté et une vocation à toute épreuve. Cela lui procurait sans doute cette désinvolture séduisante qui ne pouvait être contrefaite par aucun des exercices de style. Ce jour là, j'ai eu envie d'être officier. Je n'oublierai jamais, et je veux ici le remercier de sa démarche auprès de mon frère Jean, son compagnon d’armes  et bizuth à St. Cyr, dans son ultime combat.


Pierre JAUDON, ancien lieutenant à la B.L.L et au 80°R.I


"..Depuis la fin de la guerre, plusieurs associations ont vu le jour regroupant les anciens combattants des maquis du Languedoc, de la Brigade Légère du Languedoc (B.L.L) et du 80è R.I. Nous avons passé beaucoup de temps à chercher ce qui pourrait nous distinguer : maquis, volontariat, anciens du 80è d’avant et d’après…etc.

Aujourd’hui, l’âge faisant son effet et rendant raisonnable, nous nous attachons plutôt à tout ce qui peut nous réunir. C’est une bonne chose ! Ainsi, nous sommes ici aujourd’hui pour nous rassembler dans une seule association, dont l’objectif est de garder la mémoire de nos combats et de ceux qui se sont sacrifiés jusqu’à ce qu’elle entre dans l’Histoire..."

Extrait de l'Allocution de Pierre JAUDON, Président du 80°R.I. PARIS, qui sera élu  à l'unanimité Président à l'issue de la 1ère Assemblée générale le 27.09.2007 RETOUR AUX SOURCES


ACTUALITES et AGENDA 

 LES  MAQUIS BLL : Un fait d'arme de la résistance aveyronnaise ignoré. 

LANDECK 1945/46 - Votre serviteur auteur du site et BLONDA sauvée des ruines à ST LOUIS, confiée par le popotier du 1er bataillon (luxembourgeois) à sa démobilisation. S'il consulte ce site, qu'il veuille bien se manifester..

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...

Berton Claire | Réponse 28.08.2015 22.31

Bravo pour cette oeuvre de mémoire; Claire Berton, nièce du sculpteur Louis Bancel, qui érigea le Monument aux Déportés de Buchenwald au Père Lachaise;

DEMERENS Jean Pierre (son fils) | Réponse 23.08.2015 08.30

mon père DEMERENS Gaston a fait partie du Maquis de DURENQUE (groupement du Commandant BRUGIE) depuis le 1 février 1943 , je cherche des témoignages photos..

Rene BRUGIE 23.08.2015 11.42

Je ne peux pas vous donner plus de détails et de photos publiés sur internet. Je suis toujours à la recherche de témoignage. Avez-vous votre père?

Bonneau | Réponse 05.11.2014 18.48

Bonsoir,
Collectionneur d'insignes de la résistance ,j'apprecie ces témoignages qui remettent en lumière tous ces défenseurs de la liberté.
Cdlt
Yanick.

RICHARD JC | Réponse 01.06.2014 17.33

Site à faire connaitre et diffuser sans cesse.

JCRichard

RICHARD | Réponse 08.06.2013 08.39

Merci Très interessant JCRichard

René Brugié | Réponse 20.03.2013 17.43

A l'attention de Mme Marie-Lucy DUMAS. J'ignorais vos compétences en matiere d'histoire. Photo J-P CHABROL au Tyrol attendue. Merci sera publiée site internet.

Voir tous les commentaires

Commentaires

28.08 | 22:31

Bravo pour cette oeuvre de mémoire; Claire Berton, nièce du sculpteur Louis Bancel, qui érigea le Monument aux Déportés de Buchenwald au Père Lachaise;

...
23.08 | 11:42

Je ne peux pas vous donner plus de détails et de photos publiés sur internet. Je suis toujours à la recherche de témoignage. Avez-vous votre père?

...
23.08 | 08:30

mon père DEMERENS Gaston a fait partie du Maquis de DURENQUE (groupement du Commandant BRUGIE) depuis le 1 février 1943 , je cherche des témoignages photos..

...
30.06 | 11:10

Bonjour-
Beau site!
Merci de visiter mon site sur les combats de 1940.Cordialement.
http://insigne36bcc.monsite-orange.fr

...
Vous aimez cette page